Cette fiche se structure en deux parties. La première décrit la répartition des superficies de la culture de colza en région wallonne selon l'orientation technico-économique [OTE] et selon la région. La seconde analyse les facteurs influençant la marge brute de cette culture, et ce, pour l’ensemble des producteurs, en agriculture conventionnelle, du réseau comptable de la Direction de l’Analyse économique agricole [DAEA] ayant au moins 1 ha de culture de colza. Elle présente les différents éléments constituant la marge brute : les produits et les charges opérationnelles affectées à cette culture sur l’ensemble du territoire.

La culture de colza, dont près de la moitié de la surface se trouve dans le Condroz, totalise moins de 7 500 ha en 2020. Après de nombreuses années avec un prix peu intéressant, le cours du colza est remonté et passe la barre des 400 €/tonne, en 2020, engendrant une marge brute qui approche les 1 200 €/ha.

L’intérêt pour la culture de colza en Wallonie en déclin

Avec un peu moins de 7 500 ha en 2020, la culture de colza a perdu un peu d’intérêt, ces dernières années, aux yeux des producteurs qui n’étaient plus qu’au nombre de 783. Ces derniers en cultivent, en moyenne, environ 9,5 ha. La superficie de culture de colza qui dépassait les 10 000 ha en 2018, diminue depuis. Les conditions extrêmement sèches de 2018 et 2019 ayant impacté les semis mais également les rendements, cumulées au prix de vente peu intéressant de 2013 à 2018, ont probablement eu une influence dans les choix culturaux des agriculteurs.

- L’essentiel du colza est cultivé au sein des exploitations spécialisées en grandes cultures

L’analyse des facteurs sur base des orientations technico-économiques [OTE] n’est effectuée que pour les exploitations dites professionnelles, c'est-à-dire dont la production brute standard totale est supérieure à 25 000 euros. Ces dernières couvrent 98 % de la superficie agricole utile [SAU] wallonne.

En 2020, seulement 745 exploitations professionnelles ont cultivé du colza (7 335 ha). Plus de 68% de cette superficie (5 007 ha) se retrouvent au sein des exploitations spécialisées en grandes cultures et plus de 18 % sont cultivés par les exploitations combinant cultures et bovins. Les exploitations avec d’autres OTE ne semblent guère intéressées par cette culture.

Répartition des superficies de culture de colza des exploitations professionnelles selon l'OTE en 2020

Nombre d'exploitations professionnelles produisant du colza et superficies moyennes consacrées à cette culture selon l'OTE en 2020

 

- Presque la moitié de la superficie emblavée en colza se trouve dans le Condroz

Subdivision en « super-région » 

Pour analyser l’influence des régions agricoles sur les cultures commerçables, on distingue trois « super- régions » que l’on suppose suffisamment homogènes sur le plan des techniques culturales et des résultats.  Premièrement, la zone « grandes cultures » regroupant les régions limoneuse et sablo-limoneuse ainsi que la Campine hennuyère. C’est dans ces régions que les cultures commerçables sont les plus fréquentes et que l’on retrouve le plus d’exploitations spécialisées en grandes cultures. Deuxièmement, la zone « herbagère » composée des régions agricoles : région herbagère liégeoise, Fagnes, Famenne, région jurassique, Ardenne et Haute Ardenne. Ces régions sont plus spécialisées en élevage, surtout bovin, et le pourcentage de prairies y est important. Finalement, la zone « Condroz » qui est une région agricole intermédiaire. Cette subdivision de la Wallonie est réalisée pour obtenir un effectif suffisant pour comparer les zones entre elles et pour réaliser des analyses de classe de performance au sein d’une zone donnée (essentiellement la zone « grandes cultures »).

 

Comparativement aux autres productions végétales présentes en Wallonie, la culture de colza se distingue par sa localisation majoritairement concentrée dans le Condroz. On y retrouve 49 % de la superficie agricole utilisée [SAU] emblavée par cette culture et 45 % des producteurs qui y consacrent, en moyenne, 10,3 ha.

Avec 28 % de la superficie dédiée à cette culture, la zone « grandes cultures » arrive en seconde position et est suivie de près par la zone herbagère qui en regroupe plus de 23 %.

Répartition des superficies de culture de colza selon la super-région en 2020

Nombre d'exploitations produisant du colza et superficies moyennes consacrées à cette culture selon la super-région en 2020

 

L’année 2020 se caractérise par un rendement moyen mais surtout par une remontée des prix

En 2020, le rendement de la culture de colza s’établit à 3 970 kg/ha, soit un niveau supérieur aux deux années précédentes, marquées par des conditions très sèches, mais tout à fait dans la moyenne décennale qui est de l’ordre de 3 800 kg/ha. Au cours des dix dernières années, le rendement du colza a évolué entre 3 300 kg/ha à 4 400 kg/ha.

Le prix de vente de la graine de colza est, lui aussi, en hausse par rapport aux années précédentes et atteint, en 2020, une valeur de 421 €/tonne, supérieure à la moyenne des dix dernières années qui s’établit à 355 €/tonne. En 2012, le prix était passé sous les 400 €/tonne et ne les avait plus dépassés depuis. La crise de la Covid-19 a impacté à la baisse la production d’huile de palme, entrainant une remontée des cours des autres huiles. De plus, les emblavements européens ayant fortement diminué à la suite des résultats médiocres de 2018 et 2019, la loi de l’offre et de la demande a permis une remontée des prix des graines de colza.

Evolution du rendement de la culture de colza et du prix de vente de sa graine

 

- Dans le Condroz, région principale où l’on trouve la culture de colza, le rendement atteint 3 700 kg/ha

Contrairement aux cultures de betteraves sucrières et de chicorées localisées majoritairement dans la zone « grandes cultures », la culture de colza se rencontre majoritairement dans le Condroz. Le rendement, dans cette région agricole, y est de l’ordre de 3 700 kg/ha en 2020, alors que l’on dépasse les 5 000 kg/ha dans la zone « grandes cultures ». En zone herbagère, le rendement s’est limité à moins de 3 200 kg/ha.

Au niveau du prix de vente, seuls les quelques producteurs de la zone herbagère semblent avoir un prix légèrement inférieur.

Le nombre d’observations, tant dans la zone « grandes cultures » que dans le Condroz n’est pas suffisant pour faire une analyse des groupes de performance.

Rendement de la culture de colza et prix de vente de sa graine selon la super-région en 2020

Rendement de la culture de colza et prix de vente de sa graine de la zone de grandes cultures selon le niveau de performance des exploitations en 2020

 

En 2020, tiré par un prix à la hausse, le produit principal de la culture de colza atteint 1 690 €/ha

En 2020, le produit principal de la culture de colza, issue de la valorisation de la graine, s’établit à 1 690 €/ha. C’est la deuxième meilleure valeur sur la période 2010-2020 après l’année 2011. La moyenne des dix années précédentes est de l’ordre de 1 410 €/ha.

Quelques agriculteurs récupèrent, parfois, la paille de colza. On relève ainsi un produit secondaire qui, en moyenne, est de 11 €/ha. Cette paille peut être utilisée comme source de fibre dans une ration ou comme litière bien que son pouvoir absorbant soit moindre que celui des pailles de céréales.

Evolution des produits principal et secondaire de la culture de colza

 

- La différence de rendement observée entre la zone « grandes cultures » et le Condroz se traduit par un écart d’environ 550 €/ha de produit

Dans le Condroz, le produit principal de la culture de colza, issue de la valorisation de la graine, est de 1 590 €/ha alors qu’il atteint 2 150 €/ha dans la zone « grandes cultures ». En zone herbagère, ce produit descend même à 1 320 €/ha car le rendement y est encore un peu plus faible mais également le prix de vente. C’est également dans cette zone que la paille de colza sera plus souvent récoltée.

Produits principal et secondaire de la culture de colza selon la super-région en 2020

Produits principal et secondaire de la culture de colza de la zone de grandes cultures selon le niveau de performance des exploitations en 2020

 

Le total des charges opérationnelles affectées pour cette culture reste constant dans le temps

En 2020, les charges opérationnelles affectées, hors travaux par tiers, pour la culture de colza s’élèvent à 520 €/ha, soit un montant équivalent à la moyenne des dix années précédentes. Les dépenses en engrais et pesticides sont identiques et représentent chacune environ 42 %, suivi par les semences avec 13%.

La fertilisation azotée du colza est assez importante et atteint en moyenne 180 unités/ha. Les apports de phosphore sont de l’ordre de 33 unités/ha et ceux de potassium atteignent 57 unités/ha.

A titre informatif, le montant dédié aux travaux par tiers était de 117 €/ha, valeur identique à la moyenne des dix années précédentes (115 €/ha).

On n’observe pas de réelles différences pour le montant des charges opérationnelles affectées entre les zones agricoles considérées.

Evolution des charges opérationnelles affectées à la culture de colza

 

En 2020, la marge brute de la culture de colza fait un bond de 400 €/ha

En 2020, la marge brute de la culture de colza atteint 1 170 €/ha, les travaux par tiers n’étant pas compris dans les charges opérationnelles affectées. Cette valeur est supérieure à la moyenne des dix années précédentes qui est d’un peu plus de 890 €/ha. Durant la période 2010 – 2020, la marge brute de la culture du colza s’est retrouvée sous le seuil de 1 000 €/ha à six reprises.

En considérant les travaux par tiers dans les charges opérationnelles affectées et le faible produit secondaire, la marge brute s’établit à 1 065 €/ha.

Evolution de la marge brute de la culture de colza

 

- La marge brute en zone « grandes cultures » est le double de celle obtenue en zone herbagère

La marge brute du produit principal pour la culture de colza suit les écarts observés pour le rendement entre les régions. Ainsi en zone herbagère, cette marge brute ne dépasse pas 815 €/ha alors qu’elle atteint 1 635 €/ha en zone de « grandes cultures ». La situation dans le Condroz est intermédiaire avec une marge brute de 1 065 €/ha.

Marge brute de la culture de colza selon la super-région en 2020